Forum médiéval-fantastique, NC-16
 
CalendrierCalendrier  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
Natys EtchegoryHumainavatar
Afficher Infos
Messages : 9
Date d'inscription : 06/01/2011

Feuille de personnage
Armes:
Statistiques:
Âge du personnage: 22 ans
MessageNatys EtchegoryJeu 6 Jan - 7:11

Etchegory
Natys













~Votre Personnage~

¤Nom de famille : Etchegory
¤Prénom : Natys
¤Age :22
¤Sexe : Masculin
¤Alignement: Loyal bon
¤Espèce : Humaine
¤Nation : Skaldique
¤Métier : Espion/Assassin du Roi Azaghâl Harradrim; officiellement palefrenier du cheval royal.

¤Talents/aptitudes/défauts : Natys est rêveur, extrêmement rêveur. Il a gardé une âme d'enfant, joueuse et douce. Il ne la montre pas, mais le sourire presque paternel lorsqu'il entend des comptines chantées par les voix fluettes d'enfant le trahis. Cependant cela ne l'empêche pas de faire ses missions dans le plus grand sérieux, puisqu'elles sont au nom de son roi. Extrêmement fidèle à ce dernier, en devenant l'un des Six l'accompagnant il l'a sauvé d'une vie qui aurai pu être beaucoup plus courte et triste. Mentant sans difficulté depuis ses premiers vols pour se nourrir, jouant la comédie, donnant un nom inventé mais crédible, il est un espion sachant s'inventer un passé un présent et un futur en une fraction de seconde; et ceux qui savent ça on naturellement une méfiance constante vis-à-vis de lui. Depuis tout petit, il n'a pas cessé de courir et de grimper sur les toits; et à l'hospice il s'est perfectionné, ce qui fait de lui un être d'une impressionnante dextérité, surtout au vu de ses.."études" militaires.

¤Arme de prédilection :Il ne sait utiliser que les dagues, mais il les utilise très bien.

~Statistiques~

¤Force : 15
¤Dextérité : 80
¤Constitution : 40
¤Intelligence : 30
¤Charisme : 15
¤Capacité d'invocation : -


~Apparence et Mental~

-Iris : Grises
-Peau : Blanche
-chevelure : Brune, tirant presque sur le noir.
-Taille : 1mètre75


¤Physique : Un visage marqué qui fait plus vieux que son âge, une barbe rasée à la va-vite et un regard gris déconcertant. Tantôt son regard se fait doux brillant et joyeux, tantôt il est d'acier concentré et sans une once de pitié. Ses cheveux d'un brun sombre lui arrivent au dessus d'épaules constamment protégées par du cuir. Un cuir solide, résistant mais souple qu'il porte en permanence sous ses vêtements. Habillé d'une chemise ample, pantalon de tissu et de bottes marrons lui arrivant aux genoux, il ne sait s'habiller que simplement. Un long manteau constamment porté même en intérieur, aux grandes poches d’où l’on peut entendre le tintement de verre s'entrechoquant, cache ses quatre dagues à ses hanches. Deux à gauche et deux à droite, elles sont ses seules armes. Toutes identiques on pourrait croire que la plupart sont inutiles, sauf lorsque vous vous retrouvez avec deux d'entres elles plantées dans vos genoux et un Natys au regard implacable courir dans votre direction, les deux restantes aux mains.

¤Signe particulier : Il a une longue cicatrice sur le mollet droit, faite lorsqu'il n'était qu'un enfant.

¤Caractère : Enfantin serait exagéré, mais disons que Natys a gardé l'âme du petit garçon joyeux qu'il n'a pas pu être à l'époque. Son rire est cristallin et les traits de son visage auparavant vieilli prennent ceux d'un enfant, mais ce rire vous ne l’entendrez sûrement jamais. Il n’est pas très porté sur la discussion, parfois laissant des blancs le temps de trouver le mot le plus adapté, il est tout sauf un bon orateur. De toute manière, qu’il le soit ou pas, n’attendez pas de lui à ce qu’il commence une discussion de son propre chef. Refermé sur lui même, les yeux dans le vague, rêvant d’on ne sait quoi, l’expression de son visage est neutre, voir triste. Perturbant ceux qui savent son poste, ils se demandent constamment s’il n’est pas en train de mimer un quelconque sentiment, une quelconque émotion ou tout simplement si les rumeurs qui courent sur lui sont avérées ou ne sont qu’une fois de plus un énième personnage qu’il du incarner. Il est cependant lunatique et dans les jours où il n'est pas d'humeur il vaut mieux ne pas tenter une conversation sur la durée. Un jour agréable et enclin à la discussion, le lendemain presque agressif et irritable. Ces jours là, il essaie toutefois de ne pas le montrer lorsqu'il voit son roi. Il ne se souvient que trop bien le jour ou ils l'avaient trouvé, trop précisément pour ne pas se permettre d'avoir une once de reconnaissance. Il lui est fidèle et exécute ses ordres sans aucunes objections, même si lui-même ne manque pas de jugeote. Sa couverture de palefrenier convient parfaitement à sa nature simple et assez posée, s'occupant du cheval d'Azaghâl le jour, empruntant les souterrains lors de convocations la nuit.


~Structure~

¤Histoire :
J’écris ce journal pour laisser une trace de mon passage. Peut-être le retrouvera-t-on souillé par la boue, les feuilles s’envolant au gré du vent. Ou encore sera-t-il amoureusement gardé par la veuve que je laisserai, ou au contraire l’amusera et servira à alimenter le feu.
Je ne sais pas à quoi ma vie aboutira. Pour l’instant elle ne se résume qu’à un seul nom, nom tantôt sale puis rayonnant de l’éclat, de l’honneur de notre race, celle humaine. Son royaume brille, éclaire comme un feu de cheminé auquel on se blottit pour se réchauffer de toute cette misère humaine.
La misère je l’ai connue journal. Qu’avais-je fait ? J’avais pris une miche de pain et une pomme. La croute encore chaude croustillait, écrasée contre mes petits bras et la pomme, du fait de sa dureté, me faisait mal. Mes jambes encore frêles, je m’en rappelle bien, ces jambes d’enfant des rues, ces petites jambes continuellement sales avec à leurs extrémités des pieds nus et abîmés. La crasse et la survie dans ces ruelles, l’espoir ce jour là était représenté par une miche et une pomme. Rouge, brillante mais pourtant le fruit interdit. Courant ce soir là, le propriétaire de mon butin me poursuivait en lâchant des jurons. J’étais petit, je n’entendais que des hurlements qui se rapprochaient de plus en plus de moi. Puis ces aboiements, terrifiants, me faisant courir comme jamais, de mes petites guibolles d’enfant. Je me rappelle d’un horrible bruit de déchirement, les larmes qui me montaient aux yeux.
Journal, j’avais sept ans et je me souviens m’être réveillé une première fois, face contre terre, la miche et la pomme toujours dans mes bras. Mon trésor d’enfant, ma nourriture, je l’avais gardée, c’est ce que je me suis dis avant de refermer mes yeux épuisés, un petit sourire sur mon visage ruisselant de larmes. La deuxième fois ce fut dans un lit. Il grinçait et les draps avaient une douce couleur jaunâtre. La miche et la pomme étaient posées sur une petite table de chevet, éclairées par une bougie. La flamme vacillait par mon souffle et j’en étais comme hypnotisé. Elle me faisait oublier une douleur dont j’avais déjà oublié la cause.


Des tâches d’encre masquent les ratures. Les pages sont légèrement gondolées. L’écriture n’est lisible que difficilement. Une écriture d’enfant, ou celle d’un adulte ayant sauté les étapes de base de calligraphie.

Journal, j’ai 22 au moment ou je t’écris, même si j’en paraît dix de plus. Ma barbe rasée que sommairement, quelques rides sur mon front. J’ai longtemps boité après cet incident tu sais ? Comme un petit canard, un petit canard noir. Non je n’ai pas été exclu. Là ou j’ai été recueilli c’était une espèce d’hospice mais pour moi un petit paradis pour un enfant devant voler sa miche et sa pomme pour manger. Il y en avait d’autres, d’enfants. Il y avait aussi les ‘grands’, mais eux prenaient soin de nous et nous aidaient à avancer dans notre petite vie. Ils sont devenus mes frères, mes sœurs. Au fil du temps, certains partaient impatients. Mais moi, même si je ne boitais plus, je voulais rester dans cet Eden. Les grands m’avaient appris comment me défendre pour « plus tard », j’ai du être le seul. Ils savaient que je volais, que j’étais livré à moi-même et même si je m’en été tiré la dernière fois, la fois ou ils m’ont retrouvé inconscient, la prochaine fois il faudra plus que mes petits poings pour me défendre. Mes poings n’étaient plus si petits et peu à peu ils tenaient de mieux en mieux les couteaux avec lesquels je m’entrainais. Un d'eux était doué en médecine, c'est lui qui m'avait soigné quand je suis arrivé ici. Il m'appris avec beaucoup de patience comment reconnaitre les plantes, les utiliser mais surtout en faire du poison ce qui me serai utile quand je partirai. J'ai encore de très bon liens avec lui même si à présent je les prépare moi-même.

Une page avait été sauté et l'encre avait désormais changé de couleur. L'écriture se faisait coupante.

Et puis un jour, moi et ceux qui étaient avec moi nous avons eu un noble ramené par Irina et l'un de mes "frères". Moi je ne le savais pas, Irina et lui l'avaient ramené dans la nuit. J'étais énervé. Franchement, un roi recherché par tout le royaume chez nous ? N'étions-nous donc pas assez gâtés par la vie pour se permettre une mise à sac ? "Chasseur de prime". Quelle est la différence entre le vol ? De toute manière nous n'avions pas le choix. Et avant qu'un quelconque débat ne recommence, des cris et une fumée blanche nous parvenaient. A ce moment là, j'étais pétrifié. En quelques secondes nous étions tous à terre par cette espèce de..quel était le mot..invocation. Voilà. Ce mot crié à la volée c'était ça. Elle m'avait envoyée contre le mur, m'assommant à moitié. Bien sûr qu'on l'avait sous-estimé ! Un roi, de plus recherché, était dangereux. A cet instant je me rappelle m'être dit qu'il aurait du rester agoniser dans la foret. Journal, je perce la page en écrivant ça !
Le roi et une masse de soldats arrivèrent juste après et nous l'avons livré et il nous promis-


La page suivante était arrachée. Plusieurs même. N’ayant pas pris soin, comme arrachées avec rage, il en restait quelques bouts encore tenus au livre, quelques bribes de mots. Illisible.

-et je partis avec deux autres pour chercher le roi. Nous étions autour de lui, tout les six. Les excuses, même si sincères, même si émanant de nous tous avaient quelques chose de blessant. Après tout, c'est nous qui l'avions livré non ? Voyant le supplice qu'il faisait subir à son oncle je ne fut pourtant pas touché le moins du monde. Un assassin de plus ou de moins..

Journal, je regrette ce que je t’ai décris, j'en ai presque honte, la seule chose bonne qui en ai découlé est notre roi. Je ne dirai pas que nous avons retourné notre veste ce jour là. Nous avons juste ouvert les yeux. Il a le même âge que moi mais est infiniment meilleur. Sa mauvaise humeur est un garde-fou, comme si ses hurlements matinaux nous rappelaient que tout va bien, le grand Azaghâl est toujours sur le trône. Je suis à son service, je lui donnerais ma vie comme lui a sauvé la mienne, d’une certaine façon.
Je me suis entrainé comme j’ai pu, du mieux que je pouvais et si je suis devenu ainsi fort dans mon domaine, ce fut par chance. Changer sur demande de personnalité, d’accent, d’histoire, c’est facile pour moi qui n’ai rien.
J’espère que ce journal ne tombera pas dans l’oubli comme ce que je ferai sûrement. Ne vous souciez pas de mon nom, j’en ai trop de faux et qu’un seul de vrai. Mon histoire change au rythme des missions confiées, mais mon enfance des rues ainsi que la montée au trône d’Azaghâl restera gravé, même si pour ce dernier passage je n’en retire pas de fierté. Et puis, un palefernier, qui s'en soucie ?





~ Hors Rpg ~

Comment trouves-tu le forum ? Agréable à voir.
Comment as-tu connu le forum ? Via un top site
Des commentaires ? Quels commentaires ?
Fréquence de présence? Trois fois par semaine..enfin, je ferai du mieux que je peux.
Crédit avatar et signature: ...


Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
Afficher Infos
MessageNatys EtchegoryJeu 6 Jan - 7:40
Bien à nous deux l'ami x)

Une histoire raconté avec originalité et cela m'a beaucoup plus !

Néanmoins il y a certaines choses qui me gênent un peu.

Tout d'abord sur ton mode vestimentaire. Te baladant parmi le peuple les couteaux à l'air, à la vue de tous. Rien de mieux pour passer inaperçu n'est ce pas? Ne vaut-il mieux pas rester discret et t'armer d'un long manteau de laine l'hiver et de toile l'été ?

Et pour finir, pour ton caractère... Tu es un assassin... Montre un peu plus ton aspect insensible, car certes tu as l'âme d'un joyeux damoiseau, mais ce n'est pas là ton côté assassin mais bien la partie émergente de l'iceberg que tous voit... Enfin j'espère.

Décrit toi donc plus en profondeur. Je pense bien qu'un homme tel que toi, est sombre, solitaire à ses heures, ect... Non ? Montre toi plus comme une personne que l'on apprécie, mais qui est tout de même redouté.

N'hésite pas si tu as des questions. T'es sur la bonne voie ! king
Natys EtchegoryHumainavatar
Afficher Infos
Messages : 9
Date d'inscription : 06/01/2011

Feuille de personnage
Armes:
Statistiques:
Âge du personnage: 22 ans
MessageNatys EtchegoryJeu 6 Jan - 8:17
C'est pitoyable, les dagues portées comme ça ne m'ont même pas effleurées -.-"
Et effectivement j'avais oublié de rajouter une partie de son caractère lors de la réécriture sur le forum x) C'est corrigé

Autres détails mon roi ?
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
Afficher Infos
MessageNatys EtchegoryJeu 6 Jan - 8:21
C'est mieux !

Plus que ça à modifier : "Quatre dagues, deux à gauche et deux à droite, son ses seules armes, sont apparentes au niveau de ses hanches. "

Si tu portes un manteau, elles ne sont plus apparentes ! x)


king

Edit Llyriëlle: Avant la validation je donnerais mon avis pour quelques détails.
InvitéInvité
Afficher Infos
MessageNatys EtchegoryDim 9 Jan - 1:47
Bien, tout est bon !

TU ES VALIDE

Bon jeu parmi nous x)
Contenu sponsorisé
Afficher Infos
MessageNatys Etchegory
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saol Ò Aithinne :: { Le bar blabla } :: Présentations :: Présentations Validées :: Le royaume Skaldique-